Avant-propos

De longues années à l'étranger m'ont tenu éloigné de ma filleule. Durant cette absence, j'étais en charge d'un pensionnat disciplinaire au coeur de la lande écossaise. Nous ne nous connaissons pas.

Et pourtant me voici en charge de son éducation. Celle-ci est parait-il à reprendre à zéro. Trop de laxisme l'ont rendue, à ce qui m'a été rapporté, insolente, indisciplinée, rebelle, irrespectueuse, paresseuse, etc.

Je suis donc en charge de débarrasser ma filleule de ces affreux défauts qui enlaidissent son image.
24 oct. 2010

postheadericon Règlement intérieur

Chère filleule,

Je me fais fort de faire de vous, très vite, une jeune fille bien élevée et soumise. Dans l’attente de vous prendre en « stage disciplinaire », ici, dans mon institution, nous allons, à la lumière d’échanges épistolaires et de rencontres par webcam sur msn, procéder à certains apprentissages qui vous font défaut. Tout manquement aux règles établies sera sanctionné. Je suis un fervent partisan des châtiments corporels. A cet effet, vous tiendrez dès réception de cette lettre un « carnet de punitions », tenu à jour où vous consignerez les punitions que je vous aurai infligées. 
Pour commencer voici mes premières exigences concernant votre éducation : 

- Tenue, comportement. Une tenue évoquant l’uniforme en vigueur dans les pensionnats d’Ecosse est obligatoire durant nos échanges : jupe plissée, dessous en coton blanc, chemisier, pull avec col en V. Le port du pantalon, de collants, de sous-vêtements non conformes, ainsi qu’un maquillage non discret seront passibles de punitions. Une demande écrite et motivée peut éventuellement apporter un aménagement dans le « dress code » nécessaire à votre « remise à niveau » disciplinaire. 

- Respect. J’entends que lors de nos échanges écrits, vous vous adressiez à moi avec le respect que l’on doit à son parrain et tuteur. Ainsi on me dit « Vous », on m’appelle « Monsieur » et « Maître » lorsque je vous aurai punie. Lors de la rédaction de vos lettres, j’exige que vous adoptiez la posture suivante : dos droit, coudes le long du corps, cuisses ouvertes. Lorsque nous aurons à converser par webcam, je veux une tenue exemplaire et humble, les yeux baissés. 

- Rédaction. Les lettres que vous rédigerez devront être soignées. Des phrases très courtes. Des récits détaillés. J’attache une importance particulière sur le fait que vous exprimiez dans le détail ce que vous ressentez. Bref, j’insiste pour que vous vous engagiez intimement. 
- Punitions. Vous êtes soumise au régime des châtiments corporels. Seule méthode capable de remettre dans le droit chemin une jeune fille dont le comportement a trop longtemps été relâché par trop de laxisme. Sur l’exemple des sanctions disciplinaires en vigueur dans les pensionnats écossais il vous sera infligé : lignes à copier ; mise au coin debout ou à genoux ; coups de règle sur les doigts, sur les cuisses ; tours de cour les mains sur la tête en culotte ou en couche-culotte ; fessées sur la jupe, sur la culotte, et fesses nues ; coups de martinet sur les cuisses et les fesses ; application de la cane en position inclinée (bend over, touch toes), la tawse, la « raquette à fesser » (paddle) ; le lavement punitif ; les expositions au pilori ; les réclusions au « cabinet noir, au pain sec et à l’eau », toute nue, pour une durée déterminée ; la mise au cagibi, intégralement nue, attachée les bras en croix avec des pinces au bout des seins ; les expositions humiliantes en position gynécologique etc…. 
Cette liste de sanctions n’est pas limitée et correspond à une progression. Je vous invite donc à adopter une attitude de soumission qui vous évite les châtiments les plus sévères. 
Voici donc ma chère filleule les quelques lignes directrices de votre remise à niveau disciplinaire. J’attends au plus vite des nouvelles des bonnes intentions que vous avez l’intention de prendre dans votre intérêt. Le thème de votre première missive sera : 

"La nécessité pour moi d’être enfin soumise à une éducation stricte. Qui aime bien châtie bien. Mon expérience des châtiments corporels"

N’oubliez pas : je veux des phrases courtes, un vocabulaire simple, des détails sur ce que vous ressentez au plus intime de vous-même. On ne cache rien à son parrain à qui l’on s’adresse avec humilité, comme à un confesseur. 
Dans l’attente de votre première confession. 

Votre parrain.

0 commentaires:

About Me

Visites

Mirabelle. Fourni par Blogger.

Portraiture

Portraiture
Dessin de Dr WEIRD

Membres

Une erreur est survenue dans ce gadget